Decision

Decision no. 2009-577 DC of 3 March 2009

Act pertaining to Audiovisual Communication and the New Public Television Service

On February 6th 2009, the Constitution Council received a referral, pursuant to paragraph 2 of Article 61 of the Constitution, from Messrs Jean-Pierre BEL et al…. Senators, and on February 9th 2009 from Messrs Jean-Marc AYRAULT et al … Members of the National Assembly

THE CONSTITUTIONAL COUNCIL

Having regard to the Constitution as worded pursuant to Constitutional Act n° 2008-724 of July 23rd 2008 pertaining to the Modernisation of the Institutions of the 5th Republic;

Having regard to Ordinance n° 58-1067 of November 7th 1958 as amended (Institutional Act on the Constitutional Council);

Having regard to Institutional Act n° 2001-692 of August 1st 2001 as amended pertaining to Finance Acts;

Having regard to the Institutional Act pertaining to the appointment of the Presidents of the companies France Télévisions and Radio France and of the company in charge of France's external audiovisual services enacted by Parliament on February 5th 2009 and to Constitutional Council decision n° 2009-576 of March 3rd 2009;

Having regard to the General Tax Code;

Having regard to the Post Office and Electronic Communications Code;

Having regard to Act n° 86-1067 of September 30th 1986 as amended pertaining to Freedom of Communication;

Having regard to the observations of the Government registered on February 18th 2009;

Having regard to the observations in reply made by the Senators and members of the National Assembly making the referral, registered on February 25th 2009;
Having heard the Rapporteur;

ON THE FOLLOWING GROUNDS

  1. The Senators and Members have referred for review by the Constitutional Council the Act pertaining to Audiovisual communication and the New Public Television Service and contend that sections 1,14, 28 and 33 thereof are unconstitutional;
  • WITH RESPECT TO THE APPLICABLE NORMS OF CONSTITUTIONALITY
  1. Article 11 of the Declaration of The Rights of Man and the Citizen proclaims : " The free communication of ideas and opinions is one of the most precious rights of man. Every citizen may thus speak, write and publish freely, except when such freedom is misused in cases determined by Law ". The free communication of ideas and opinions would not be effective if the public for whom such audiovisual communication is intended were not able to have at its disposal, in both private and public sectors, programmes guaranteeing the expression of varying schools of thought while respecting the essential requirement of honest news-gathering and communication. The ultimate goal to be attained is that listeners and viewers , who are among the fundamental beneficiaries of the freedom proclaimed by Article 11, should be able to freely make their choice without having imposed upon them decisions taken by private interests or public bodies;

  2. Under Article 34 of the Constitution as worded pursuant to Constitutional Act n° 2008-724 of July 23rd 2008 : "Statutes shall lay down the rules concerning … freedom, diversity and independence of the media". It is up to Parliament, within the framework of the powers vested in it by the constituent power, to lay down the rules governing both freedom of communication, which derives from Article 11 of the Declaration of 1789, and the diversity and independence of the media, which are objectives of constitutional status;

  3. Parliament is at all times at liberty, when acting in those fields reserved for it by Article 34 of the Constitution, to modify or repeal previous statutes and replace the same, if need be, by other provisions, provided that such measures do not deprive requirements of a constitutional nature of statutory guarantees.

-WITH RESPECT TO ARTICLE 13

  1. Section 13 of the statute referred for review modifies paragraph 1 of Section 47-4 of the Act of September 30th 1986 referred to above. This paragraph provides : "The Presidents of the companies France Télévisions and Radio France and the company in charge of France's external audiovisual services shall be appointed by Decree for a period of five years after a favourable opinion by the Higher Council on Audiovisual Matters and after consultation with the relevant Parliamentary Committees in accordance with the Institutional Act pertaining to the appointment of the Presidents of the companies France Télévisions and Radio France and of the company in charge of France's external audiovisual services";

  2. The parties making the referral argue that by transferring from the Higher Council on Audiovisual Matters, which is an independent administrative authority, to the President of the Republic the power to appoint the Presidents of the national broadcasting bodies, Parliament has failed to respect freedom of communication which derives from Article 11 of the Declaration of 1789, the constitutional objectives of diversity of schools of thought and opinions and, consequently, the new provisions of Article 34 of the Constitution. They also contend that by providing for a favourable opinion on the part of the Higher Council on Audiovisual Matters, the statute infringes the final paragraph of Article 13 of the Constitution whereby the relevant standing committee of each House has sole authority to give an opinion as to the posts listed in the Institutional Act provided for in said Article;

  3. Firstly, when submitting the appointment of the Presidents of national broadcasting bodies to the procedure provided for in the final paragraph of Article 13 of the Constitution, Parliament, when passing the Institutional Act, intended, in view of the importance of said posts in guaranteeing rights and freedoms, that such appointments be made after consultation with those representing the Nation, after a public hearing and opinion;

  4. Secondly, under section 13 of the statute referred for review, the appointments of Presidents of national broadcasting bodies may only be made after the giving of a favourable opinion by the Higher Council on Audiovisual Matters. These appointments thus cannot be decided upon without the agreement of this independent administrative authority;

  5. Lastly, contrary to what is contended by the parties making the referral, recourse to the procedure provided for in the final paragraph of Article 13 of the Constitution does not preclude Parliament, mindful of the constraints of the Constitution and in particular the principle of the separation of powers, from laying down or adding rules governing the power of the President of the Republic to make such appointments in order to guarantee the independence of said bodies and thus contribute to the implementation of freedom of communication.

  6. As is shown by the foregoing, section 13 of the of the statute referred for review does not deprive the constitutional requirements deriving from Article 11 of the Declaration of 1789 of the requisite statutory guarantees.

  • WITH RESPECT TO SECTION 14
  1. Section 14 of the statute referred for review amends paragraph 1 of section 47-5 of the Act of September 30th 1986. This paragraph provides : "The Presidents of the companies France Télévisions and Radio France and of the company in charge of France's external audiovisual services may be removed from office by a Decree setting out the reasons for said removal, after a favourable opinion, also reasoned, from the Higher Council on Audiovisual Matters, delivered by a majority of the members thereof, and after public consultation of the relevant Parliamentary committees in the same conditions as those provided for by the Institutional Act n° 2009-257 of March 5th 2009 pertaining to the appointment of the Presidents of the companies France Télévisions and Radio France and of the company in charge of France's external audiovisual services ";

  2. The parties making the referral argue that giving the President of the Republic the possibility of removing from office the Presidents of national broadcasting bodies infringes the principle of freedom of communication, the diversity of schools of thought and opinions and the new provisions of Article 34 of the Constitution;

  3. Firstly, in order to ensure the independence of national broadcasting bodies, Parliament provided that the decision to remove from office the Presidents of said bodies would be dependent upon a favourable opinion from the Higher Council for Audiovisual Matters and a public opinion of the relevant Parliamentary Committees. However by allowing the Parliamentary Committees to exercise a right of veto with a three fifths majority of votes cast, whereas the final paragraph of Article 13 of the Constitution only permits such a veto in the framework of the exercising of the power of appointment vested in the President of the Republic, the abovementioned provision fails to take into account the scope of said Article and infringes the principle of the separation of powers. Thus the provisions whereby the Parliamentary Committees are to exercise their power to give a public opinion "in the same conditions as those provided for the Institutional Act pertaining to the appointment of the Presidents of the companies France Télévisions and Radio France and of the company in charge of France's external audiovisual services" must be held to be unconstitutional;

  4. Secondly, under section 14 the decision taken by the President of the Republic to remove the Presidents of national broadcasting bodies from office requires the giving of reasons to explain the need to terminate before due date the five year term of office provided for by statute. Removal from office requires a favourable opinion, which must also be reasoned, from a majority of the members of the High Council for Audiovisual Matters The grounds for such a decision are to be submitted beforehand for the public opinion of the relevant Committees of each House of Parliament and lastly, these grounds may, if need be, be challenged before the administrative courts with jurisdiction over such matters;

  5. The foregoing shows that section 14 of the statute referred for review as worded subsequent to the criticisms set out in paragraph 13, does not deprive the abovementioned constitution requirements of statutory guarantees.

  • WITH RESPECT TO SECTION 28:
  1. 11° of I of section 28 of the statute referred for review rewords VI of section 53 of the Act of September 30th 1986 referred to above. It forbids the inclusion of commercial breaks other than those for goods or services presented under unbranded names in national television programmes broadcast by France Télévisions between 8 p.m and 6 a.m the following day to begin with, then also between 6 a.m and 8 p.m once these programmes have ceased being broadcast by hertzian waves in analogical form;

  2. The parties making the referral contend that these provisions are devoid of all normative scope insofar as the Board of France Télévisions has already decided to end commercial breaks between 8 p.m and 6 a.m as from January 5th 2009. They also claim that Parliament, by suppressing the revenue from advertising of France Télévisions without providing for any alternative source of funding to guarantee the independence of the public audiovisual service, has not availed itself to the full of the powers vested in it under Article 34 of the Constitution;

  3. Firstly, banning commercial breaks in national TV programmes of France Télévisions, the consequence of which is to deprive this national company of a substantial amount of its revenue, must be considered as affecting the guarantee of its funding, which constitutes an element of its independence. 11° of I of section 28 of the statute referred for review, which is not devoid of normative scope, is thus the preserve of statute law;

  4. Secondly, under the final paragraph of VI of section 53 of the statute of September 30th 1986 referred to above as worded pursuant to the statute referred for review "The implementation of paragraph I of VI shall give rise to financial compensation on the part of the State. In the conditions determined by each Finance Act, the amount of said compensation shall be allocated to the company mentioned in I of section 44". It is therefore incumbent upon each Finance Act, in accordance with the independence of France Télévisions, to fix the amount of the financial compensation due from the State to set off the loss of commercial revenue sustained by said company in order to enable it to perform the public service duties entrusted to it. With this reservation, Parliament has not failed to exercise fully the powers vested in it nor failed to comply with the requirements deriving from Article 11 of the Declaration of 1789;

  5. With the reservation set out in the foregoing paragraph, section 28 of the statute referred for review is not unconstitutional;

  • WITH RESPECT TO SECTION 33

21.1 I of section 33 of the statute referred for review inserts into the General Tax Code article 302 bis KH. It introduces for the benefit of the State a tax on operators of electronic communications, calculated on the amount, before VAT, of subscriptions and other payments made to these operators by users in return for the electronic communication services they supply;

  1. The parties making the referral argue that this new tax infringes the principle of equality before taxation insofar as the activity of operators of electronic communications is unconnected with the funding of public audiovisual services. Based on the turnover of said companies, this tax does not reflect their contributive capacity. Since the proceeds of this tax have not been allocated to France Télévisions, it is not justified by any general interest other than that consisting in having a specific private sector finance public sector expenditure;

  2. Firstly Article 34 of the Constitution provides : " Statutes shall determine …the base, rates and methods of collection of all types of taxes….". Section 6 of the Institutional Act of August 1st 2001 referred to above provides that "The budgetary income and outgoings of the State are set out in the budget as revenue and expenditure. The budget specifies for one year all budgetary revenue and expenditure of the State. Each item shall be entered in full and no set off shall be made between revenue and expenditure.."

  3. Parliament was at liberty, when having the budget of the State compensate for the loss of advertising revenue by the group France Télévisions, to introduce a new tax intended to increase the revenue of the budget of the State to meet this commitment. It was under no constitutional or institutional requirement to depart from the abovementioned principles of budgetary unity and universality by allocating the proceeds of this tax to a specific item;

  4. Secondly, Article 13 of the Declaration of 1789 proclaims "For the maintenance of the forces of law and order and administrative expenses a general tax is indispensable and shall be equally borne by all citizens in proportion to their ability to pay the same". Under Article 34 of the Constitution it is up to Parliament to determine, taking into account constitutional principles and the nature of each tax, to lay down the rules for appraising the ability of each citizen to pay taxes. In particular, to comply with the principle of equality, this appraisal must be based on objective and rational criteria in view of the purpose it is sought to achieve. This appraisal must not however lead to any clear infringement of the principle of equality before public burden sharing;

  5. Firstly, all electronic communications operators, within the meaning of Article L 32 of the Post Office and Telecommunications Code, supplying services in France and having duly registered with the Authority for regulating electronic communications and postal services pursuant to Article L 33-1 of the same Code, will be required to pay this new tax. When thus defining the category of companies required to pay said tax, insofar as said companies differ from other companies in particular because of the specific nature of their business and the manner they carry it on, Parliament based its decision on objective and rational criteria directly connected with the purpose it was sought to achieve;

  6. Secondly, this tax is calculated on the amount before VAT of subscriptions and other payments made to these operators by users in return for the electronic communication services they supply. Certain amounts paid by operators for services such as access and interconnections, for the supply or distribution of audiovisual communication services and the use of universal directory enquiries services are excluded from the tax computation base. In addition depreciation allowances covering at least ten years for material and equipment necessary for electronic communication infrastructures and networks are also deducted from this base. A deduction of five million euros, designed to preserve new operators in this rapidly growing sector, is also made from the computation base. In view of all the foregoing provisions, neither the fixing of the computation base for this new tax, nor the fixing of the rate thereof at 0.9% can be considered as being a patent infringement of the principle of equality before public burden sharing;

  7. In consideration of all the foregoing, section 33 of the statute referred for review is not unconstitutional.

  • WITH RESPECT TO SECTION 25
  1. Section 25 of the statute referred for review amends section 48 of the Act of September 30th 1986. In particular indent 2 of 3° of this section inserts a third indent whereby "All new terms of reference and conditions shall be transmitted to the Committees in charge of cultural matters in the National Assembly and the Senate. Where the company in charge of France's external audiovisual services is concerned, any new terms of reference shall also be transmitted to the Foreign Affairs Committees of the National Assembly and the Senate. The Committees may give their opinion as to said terms of reference with a period of six weeks".

  2. Article 16 of the Declaration of 1789 proclaims : " Any society in which no provision is made for guaranteeing rights or for the separation of powers has no Constitution". The Constitution vests the Government and Parliament with powers specific to each of them;

  3. The first indent of section 48 of the Act of September 30th 1986 provides that the terms of reference are "fixed by Decree". They are thus of a regulatory nature. Indent 2 of 3° of section 25 of the statute referred for review thus has Parliament intervene in implementing a power to make regulations and as such must be held to be unconstitutional;

  • WITH RESPECT TO SECTION 30:
  1. Section 30 of the statute referred for review, which amends I of Article 1605 of the General Tax Code and VI of section 46 of Finance Act n° 2005-1719 of December 30th 2005 pertaining to the finances of 2006 firstly excludes as from January 1st 2010 from the beneficiaries of the audiovisual licence fee the public interest group "France Télé Numérique" and secondly, suppresses the corresponding entry in the mission " Advances to the audiovisual sector";

  2. In 3° of I of section 34, the Institutional Act of August 1st 2001, to which reference is made in Article 34 of the Constitution, reserves for a Finance Act the laying down of all provisions for the allocation of revenue within the budget of the State;

  3. When excluding the public interest group "France Télé Numérique" from the beneficiaries of the audiovisual licence fee and deleting an entry from a financial support account, section 30 of the statute referred for review modifies the appropriation of this licence fee and thus encroaches upon the field exclusively reserved for Finance Acts. It must therefore be held to be unconstitutional;

  4. The Constitutional Council is not required proprio motu to review any other question of conformity with the Constitution,

HELD

Article 1.- The following provisions of the Act pertaining to Audiovisual Communication and the New Public Television Service are unconstitutional :

  • in the 2nd paragraph of section 14, the words "in the same conditions as those provided for by the Institutional Act n° 2009-257 of March 5th 2009 pertaining to the appointment of the Presidents of the companies France Télévisions and Radio France and of the company in charge of France's external audiovisual services"
  • indent 2 of 3° of section 25
  • section 30

Article 2 .- Sections 13, 28 and 33 of said statute and the remaining part of section 14 thereof, subject to the qualifications set out in paragraph 19 above, are not unconstitutional.

Article 3 .- This decision shall be published in the Journal officiel of the French Republic

Deliberated by the Constitutional Council sitting on March 3rd 2009 and composed of Messrs Jean-Louis DEBRE, President, Guy CANIVET, Jacques CHIRAC, Renaud DENOIX de SAINT MARC and Olivier DUTHEILLET de LAMOTHE, Mrs Jacqueline de GUILLENCHMIDT, Mr Jean-Louis PEZANT, Mrs Dominique SCHNAPPER and Mr Pierre STEINMETZ.

Les abstracts

  • 1. NORMES CONSTITUTIONNELLES
  • 1.2. DÉCLARATION DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN DU 26 AOÛT 1789
  • 1.2.13. Article 11 - Libre communication des pensées et des opinions

La libre communication des pensées et des opinions, garantie par l'article 11 de la Déclaration de 1789 ne serait pas effective si le public auquel s'adressent les moyens de communication audiovisuels n'était pas à même de disposer, aussi bien dans le cadre du secteur privé que dans celui du secteur public, de programmes qui garantissent l'expression de tendances de caractère différent en respectant l'impératif d'honnêteté de l'information. En définitive, l'objectif à réaliser est que les auditeurs et les téléspectateurs, qui sont au nombre des destinataires essentiels de la liberté proclamée par l'article 11, soient à même d'exercer leur libre choix sans que ni les intérêts privés ni les pouvoirs publics puissent y substituer leurs propres décisions.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 2, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 1. NORMES CONSTITUTIONNELLES
  • 1.2. DÉCLARATION DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN DU 26 AOÛT 1789
  • 1.2.15. Article 13 - Charges publiques
  • 1.2.15.1. Égalité devant les charges publiques

Aux termes de l'article 13 de la Déclaration de 1789 : " Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés ". En vertu de l'article 34 de la Constitution, il appartient au législateur de déterminer, dans le respect des principes constitutionnels et compte tenu des caractéristiques de chaque impôt, les règles selon lesquelles doivent être appréciées les facultés contributives. En particulier, pour assurer le respect du principe d'égalité, il doit fonder son appréciation sur des critères objectifs et rationnels en fonction des buts qu'il se propose. Cette appréciation ne doit cependant pas entraîner de rupture caractérisée de l'égalité devant les charges publiques.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 25, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 1. NORMES CONSTITUTIONNELLES
  • 1.2. DÉCLARATION DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN DU 26 AOÛT 1789
  • 1.2.18. Article 16
  • 1.2.18.2. Séparation des pouvoirs
  • 1.2.18.2.2. Applications

L'injonction faite au Gouvernement de transmettre, pour avis, tout projet de nouveau cahier des charges des sociétés nationales de programme audiovisuelles aux commissions parlementaires compétentes est, dès lors que le cahier des charges est fixé par décret et constitue donc un acte réglementaire, contraire au principe de la séparation des pouvoirs.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 29, 30, 31, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 1. NORMES CONSTITUTIONNELLES
  • 1.7. OBJECTIFS DE VALEUR CONSTITUTIONNELLE
  • 1.7.1. Retenus
  • 1.7.1.3. Pluralisme

Le pluralisme et l'indépendance des médias constituent des objectifs de valeur constitutionnelle.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 3, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 3. NORMES LÉGISLATIVES ET RÉGLEMENTAIRES
  • 3.3. ÉTENDUE ET LIMITES DE LA COMPÉTENCE LÉGISLATIVE
  • 3.3.3. Injonctions au Gouvernement

L'injonction faite au Gouvernement de transmettre, pour avis, tout projet de nouveau cahier des charges des sociétés nationales de programme audiovisuelles aux commissions parlementaires compétentes est constitutive, dès lors que le cahier des charges est fixé par décret et constitue donc un acte réglementaire, d'une intervention d'une instance législative dans la mise en œuvre du pouvoir réglementaire, intervention contraire au principe de la séparation des pouvoirs.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 29, 30, 31, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 3. NORMES LÉGISLATIVES ET RÉGLEMENTAIRES
  • 3.3. ÉTENDUE ET LIMITES DE LA COMPÉTENCE LÉGISLATIVE
  • 3.3.5. Abrogation ou modification des lois

S'il est à tout moment loisible au législateur, statuant dans le domaine qui lui est réservé par l'article 34 de la Constitution, de modifier des textes antérieurs ou d'abroger ceux-ci en leur substituant, le cas échéant, d'autres dispositions, c'est à la condition que l'exercice de ce pouvoir n'aboutisse pas à priver de garanties légales des exigences de caractère constitutionnel.
L'article 13 de la loi relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision qui transfère du Conseil supérieur de l'audiovisuel, autorité administrative indépendante, au Président de la République le pouvoir de nomination des présidents des sociétés nationales de programme ne prive pas de garanties légales les exigences constitutionnelles en matière de communication audiovisuelle.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 3. NORMES LÉGISLATIVES ET RÉGLEMENTAIRES
  • 3.7. RÉPARTITION DES COMPÉTENCES PAR MATIÈRES
  • 3.7.1. Garanties des libertés publiques
  • 3.7.1.3. Liberté de communication

L'interdiction de la commercialisation des espaces publicitaires dans les programmes nationaux des services de communication audiovisuelle de France Télévisions, qui a pour effet de priver cette société nationale de programme d'une part significative de ses ressources, doit être regardée comme affectant la garantie de ses ressources, qui constitue un élément de son indépendance. Il s'ensuit que le 11° du I de l'article 28 de la loi relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision, qui n'est pas dépourvu de portée normative, relève du domaine de la loi.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 18, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 4. DROITS ET LIBERTÉS
  • 4.16. LIBERTÉ D'EXPRESSION ET DE COMMUNICATION
  • 4.16.3. Médias de presse
  • 4.16.3.1. Presse d'information politique et générale
  • 4.16.3.1.4. Objectif de pluralisme

Il appartient au législateur, dans le cadre de sa compétence de fixer les règles relatives tant à la liberté de communication, qui découle de l'article 11 de la Déclaration de 1789, qu'au pluralisme et à l'indépendance des médias, qui constituent des objectifs de valeur constitutionnelle.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 3, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 4. DROITS ET LIBERTÉS
  • 4.16. LIBERTÉ D'EXPRESSION ET DE COMMUNICATION
  • 4.16.4. Communication audiovisuelle
  • 4.16.4.1. Compétence du législateur
  • 4.16.4.1.3. Etendue des compétences

Il appartient au législateur, dans le cadre de sa compétence, de fixer les règles relatives tant à la liberté de communication, qui découle de l'article 11 de la Déclaration de 1789, qu'au pluralisme et à l'indépendance des médias, qui constituent des objectifs de valeur constitutionnelle.
S'il est à tout moment loisible au législateur, statuant dans le domaine qui lui est réservé par l'article 34 de la Constitution, de modifier des textes antérieurs ou d'abroger ceux-ci en leur substituant, le cas échéant, d'autres dispositions, c'est à la condition que l'exercice de ce pouvoir n'aboutisse pas à priver de garanties légales des exigences de caractère constitutionnel.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 3, 4, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)

Aux termes du dernier alinéa du VI de l'article 53 de la loi du 30 septembre 1986 : " La mise en œuvre du premier alinéa du présent VI donne lieu à une compensation financière de l'État. Dans les conditions définies par chaque loi de finances, le montant de cette compensation est affecté à la société mentionnée au I de l'article 44 ". Dans le respect de l'indépendance de France Télévisions, il incombera donc à chaque loi de finances de fixer le montant de la compensation financière par l'État de la perte de recettes publicitaires de cette société afin qu'elle soit à même d'exercer les missions de service public qui lui sont confiées. Sous cette réserve, le législateur n'a méconnu ni l'étendue de sa compétence ni les exigences résultant de l'article 11 de la Déclaration de 1789.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 19, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 4. DROITS ET LIBERTÉS
  • 4.16. LIBERTÉ D'EXPRESSION ET DE COMMUNICATION
  • 4.16.4. Communication audiovisuelle
  • 4.16.4.2. Objectif de pluralisme

L'article 13 de la loi relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision transfère du Conseil supérieur de l'audiovisuel, autorité administrative indépendante, au Président de la République le pouvoir de nomination des présidents des sociétés nationales de programme.
En premier lieu, cet article soumet ces nominations à la procédure prévue par le dernier alinéa de l'article 13 de la Constitution (avis public des commissions parlementaires avec pouvoir de veto aux trois cinquièmes des suffrages exprimés dans les deux commissions). Eu égard à l'importance de ces emplois pour la garantie des droits et libertés, le législateur a entendu imposer que les nominations soient prises en associant, par une audition et un avis publics, la représentation nationale.
En deuxième lieu, ces nominations ne peuvent intervenir qu'avec l'avis conforme du Conseil supérieur de l'audiovisuel. Ainsi, ces nominations ne peuvent être décidées sans l'accord de cette autorité administrative indépendante.
Il résulte de tout ce qui précède que l'article 13 de la loi ne prive pas de garanties légales les exigences constitutionnelles en matière de communication audiovisuelle.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 5, 6, 7, 8, 10, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)

L'article 14 de la loi relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision permet la révocation des présidents des sociétés nationales de programme par décret motivé du Président de la République.
Cet article prévoit que cette révocation devra être motivée au regard de la nécessité de mettre fin, par anticipation, au mandat de cinq ans prévu par la loi. Le mandat ne pourra être retiré qu'avec l'avis conforme, également motivé, du Conseil supérieur de l'audiovisuel émis à la majorité des membres le composant. Les motifs d'une telle décision seront soumis, au préalable, à l'avis public des commissions compétentes des deux assemblées. Enfin, ces motifs pourront, le cas échéant, être contestés devant la juridiction administrative compétente. Dès lors, cet article ne prive pas de garanties légales les exigences constitutionnelles applicables en matière de communication audiovisuelle.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 11, 12, 13, 14, 15, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 5. ÉGALITÉ
  • 5.4. ÉGALITÉ DEVANT LES CHARGES PUBLIQUES
  • 5.4.1. Signification du principe
  • 5.4.1.1. Interdiction des distinctions excessives

Aux termes de l'article 13 de la Déclaration de 1789 : " Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés ". En vertu de l'article 34 de la Constitution, il appartient au législateur de déterminer, dans le respect des principes constitutionnels et compte tenu des caractéristiques de chaque impôt, les règles selon lesquelles doivent être appréciées les facultés contributives. En particulier, pour assurer le respect du principe d'égalité, il doit fonder son appréciation sur des critères objectifs et rationnels en fonction des buts qu'il se propose. Cette appréciation ne doit cependant pas entraîner de rupture caractérisée de l'égalité devant les charges publiques.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 25, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 5. ÉGALITÉ
  • 5.4. ÉGALITÉ DEVANT LES CHARGES PUBLIQUES
  • 5.4.2. Champ d'application du principe
  • 5.4.2.2. Égalité en matière d'impositions de toutes natures
  • 5.4.2.2.60. Taxe sur les opérateurs de communications électroniques

Seront assujettis à la nouvelle taxe tous les opérateurs de communications électroniques, au sens de l'article L. 32 du code des postes et des communications électroniques, qui fournissent un service en France et qui ont fait l'objet d'une déclaration préalable auprès de l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en vertu de l'article L. 33-1 du même code. En définissant ainsi la catégorie des sociétés assujetties, qui présentent, en raison notamment de leur domaine d'activité et de leurs conditions d'exercice, des caractéristiques qui les différencient des autres sociétés, le législateur s'est fondé sur des critères objectifs et rationnels en rapport direct avec l'objectif qu'il s'est assigné.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 26, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 5. ÉGALITÉ
  • 5.4. ÉGALITÉ DEVANT LES CHARGES PUBLIQUES
  • 5.4.4. Contrôle du principe - exercice du contrôle
  • 5.4.4.2. Proportionnalité des dispositions législatives
  • 5.4.4.2.1. Proportionnalité par rapport aux facultés contributives (impôt confiscatoire)

La nouvelle taxe est assise sur le montant, hors taxe sur la valeur ajoutée, des abonnements et autres sommes acquittés par les usagers. Sont exclues de cette assiette certaines sommes acquittées par les opérateurs au titre de prestations d'interconnexion et d'accès, au titre de prestations de diffusion ou de transport des services de communication audiovisuelle et au titre de l'utilisation de services universels de renseignements téléphoniques. Sont déduites de cette assiette les dotations aux amortissements afférentes aux matériels et équipements nécessaires aux infrastructures et réseaux de communications électroniques et dont la durée d'amortissement est au moins égale à dix ans. Un abattement de cinq millions d'euros, de nature à préserver les nouveaux opérateurs de ce secteur en forte progression d'activité, est également opéré sur cette assiette. Compte tenu de l'ensemble de ces dispositions, ni la définition de l'assiette de cette nouvelle taxe, ni la fixation de son taux à 0,9 % ne peuvent être regardées comme créant une rupture caractérisée de l'égalité devant les charges publiques.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 27, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 6. FINANCES PUBLIQUES
  • 6.1. PRINCIPES BUDGÉTAIRES ET FISCAUX
  • 6.1.4. Principe d'universalité
  • 6.1.4.1. Contenu
  • 6.1.4.1.1. Principe de non-contraction

L'article 34 de la Constitution dispose : " La loi fixe les règles concernant... l'assiette, le taux et les modalités de recouvrement des impositions de toutes natures... " Aux termes de l'article 6 de la loi organique du 1er août 2001 : " Les ressources et les charges budgétaires de l'État sont retracées dans le budget sous forme de recettes et de dépenses. - Le budget décrit, pour une année, l'ensemble des recettes et des dépenses budgétaires de l'État. Il est fait recette du montant intégral des produits, sans contraction entre les recettes et les dépenses... " Il était loisible au législateur, qui a mis à la charge du budget de l'État la compensation des pertes de recettes publicitaires du groupe France Télévisions, d'instituer une nouvelle imposition destinée à accroître les ressources du budget de l'État pour financer cette charge. Aucune exigence constitutionnelle ni organique n'imposait qu'il dérogeât, par l'affectation du produit de cette imposition, aux principes d'unité et d'universalité budgétaires rappelés ci-dessus.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 23, 24, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)

L'article 30 de la loi relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision qui excluait du champ des bénéficiaires de la redevance audiovisuelle le groupement d'intérêt public " France Télé Numérique " et qui supprimait le programme correspondant dans la mission " Avances à l'audiovisuel " avait pour conséquence de modifier l'affectation de cette redevance. Il empiétait ainsi sur le domaine exclusif d'intervention des lois de finances et a donc été déclaré contraire à la Constitution.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 32, 33, 34, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 6. FINANCES PUBLIQUES
  • 6.3. PÉRIMÈTRE DE LA LOI (voir également Titre 3 Normes législatives et réglementaires - Conditions de recours à la loi)
  • 6.3.2. Périmètre des lois
  • 6.3.2.1. Domaine exclusif, domaine partagé
  • 6.3.2.1.1. Loi de finances

L'article 30 de la loi relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision qui excluait du champ des bénéficiaires de la redevance audiovisuelle le groupement d'intérêt public " France Télé Numérique " et qui supprimait le programme correspondant dans la mission " Avances à l'audiovisuel " avait pour conséquence de modifier l'affectation de cette redevance. Il empiétait ainsi sur le domaine exclusif d'intervention des lois de finances et a donc été déclaré contraire à la Constitution.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 32, 33, 34, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 9. PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET GOUVERNEMENT
  • 9.1. PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
  • 9.1.3. Attributions et compétences
  • 9.1.3.2. Pouvoir de nomination aux emplois civils et militaires
  • 9.1.3.2.2. Encadrement du pouvoir de nomination

L'article 13 de la Constitution n'a rendu possible un veto des commissions parlementaires compétentes au trois cinquièmes des suffrages exprimés que dans le cadre de l'exercice du pouvoir de nomination par le Président de la République. Dès lors, l'article 14 de la loi relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision, qui a appliqué un tel veto à la décision de révocation, par le Président de la République, des présidents des sociétés nationales de programmes, a méconnu tant la portée de l'article 13 de la Constitution que le principe de la séparation des pouvoirs.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 13, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 10. PARLEMENT
  • 10.3. FONCTION LEGISLATIVE
  • 10.3.10. Qualité de la loi
  • 10.3.10.6. Exigence de normativité de la loi

L'interdiction de la commercialisation des espaces publicitaires dans les programmes nationaux des services de communication audiovisuelle de France Télévisions, qui a pour effet de priver cette société nationale de programme d'une part significative de ses ressources, doit être regardée comme affectant la garantie de ses ressources, qui constitue un élément de son indépendance. Il s'ensuit que le 11° du I de l'article 28 de la loi relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision n'est pas dépourvu de portée normative.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 18, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 10. PARLEMENT
  • 10.4. FONCTION DE CONTRÔLE ET D'ÉVALUATION
  • 10.4.1. Contrôle des nominations

En soumettant la nomination des présidents des sociétés nationales de programme à la procédure prévue par le dernier alinéa de l'article 13 de la Constitution, l'article 13 de la loi relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision a entendu, eu égard à l'importance de ces emplois pour la garantie des droits et libertés, imposer que les nominations soient prises en associant, par une audition et un avis publics, la représentation nationale.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 7, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)

Le recours à la procédure prévue par le dernier alinéa de l'article 13 de la Constitution (avis public des commissions parlementaires avec pouvoir de veto aux trois cinquièmes des suffrages exprimés dans les deux commissions) n'interdisait pas au législateur de fixer ou d'ajouter, dans le respect de la Constitution et, notamment, du principe de la séparation des pouvoirs, des règles encadrant le pouvoir de nomination du Président de la République aux fonctions de président des sociétés nationales de programme, afin de garantir l'indépendance des sociétés et de concourir ainsi à la mise en œuvre de la liberté de communication. Par conséquent, l'avis conforme du Conseil supérieur de l'audiovisuel pour ces nominations n'est pas contraire à l'article 13 de la Constitution.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 9, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)

L'article 13 de la Constitution n'a rendu possible un veto des commissions parlementaires compétentes au trois cinquièmes des suffrages exprimés que dans le cadre de l'exercice du pouvoir de nomination par le Président de la République. Dès lors, l'article 14 de la loi relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision, qui a appliqué un tel veto à la décision de révocation, par le Président de la République, des présidents des sociétés nationales de programme, a méconnu tant la portée de l'article 13 de la Constitution que le principe de la séparation des pouvoirs.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 13, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 11. CONSEIL CONSTITUTIONNEL ET CONTENTIEUX DES NORMES
  • 11.8. SENS ET PORTÉE DE LA DÉCISION
  • 11.8.2. Injonctions au législateur

Aux termes du dernier alinéa du VI de l'article 53 de la loi du 30 septembre 1986 : " La mise en œuvre du premier alinéa du présent VI donne lieu à une compensation financière de l'État. Dans les conditions définies par chaque loi de finances, le montant de cette compensation est affecté à la société mentionnée au I de l'article 44 ". Dans le respect de l'indépendance de France Télévisions, il incombera donc à chaque loi de finances de fixer le montant de la compensation financière par l'État de la perte de recettes publicitaires de cette société afin qu'elle soit à même d'exercer les missions de service public qui lui sont confiées. Sous cette réserve, le législateur n'a méconnu ni l'étendue de sa compétence ni les exigences résultant de l'article 11 de la Déclaration de 1789.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 19, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
  • 16. RÉSERVES D'INTERPRÉTATION
  • 16.1. GÉNÉRALITÉS
  • 16.1.2. Interprétation de la loi après censure partielle.

L'article 14 de la loi relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision, dans sa rédaction issue de la censure résultant du considérant 13, ne prive pas de garanties légales les exigences constitutionnelles en matière de communication audiovisuelle.

(2009-577 DC, 03 March 2009, cons. 15, Journal officiel du 7 mars 2009, page 4336, texte n° 4)
À voir aussi sur le site : Communiqué de presse, Commentaire, Dossier documentaire, Législation consolidée, Projet de loi adopté le 4 février 2009 (T.A. n° 45), Dossier complet sur le site de l'Assemblée nationale, Dossier complet sur le site du Sénat, Saisine par 60 sénateurs, Saisine par 60 députés, Observations du gouvernement, Réplique par 60 députés, Réplique par 60 sénateurs, Références doctrinales.