Decision

Decision no. 2001-445 DC of 19 June 2001

Institutional Act concerning the statute of the Judiciary and the High Council of the Judiciary (extracts)

(Extracts)
On 31 May 2001 the Constitutional Council received a referral from the Prime Minister, in accordance with Article 46 and the first paragraph of Article 61 of the Constitution, concerning the Institutional Act concerning the status of the judiciary and the High Council of the Judiciary.

THE CONSTITUTIONAL COUNCIL,

Having regard to the Constitution;

Having regard to Ordinance 58-1067 of 7 November 1958 enacting the Institutional Act on the Constitutional Council, as amended;

Having regard to Ordinance 58-1270 of 22 December 1958 enacting the Institutional Act governing the status of the judiciary, as amended;

Having regard to Ordinance 59-2 of 2 January 1959 enacting the Institutional Act concerning Finance Acts, as amended;

Having regard to Ordinance 94-100 of 5 February 1994 relating to the High Council of the Judiciary;

Having regard to the Act of 29 July 1881 on the freedom of the press;

Having regard to the Act of 30 December 1921 bringing closer civil servants who do not serve in a department but are bound by marriage either to civil servants serving in the department or to people who reside there;

Having regard to the Code of Judicial Organisation;

Having regard to the Code of Criminal Procedure;

Having regard to Act 95-125 of 8 February 1995 relating to the organisation of the courts and to criminal, civil and administrative procedure;

Having heard the rapporteur; On the following grounds:

  1. The Institutional Act referred to the Constitutional Council consists of thirty-five sections grouped in four chapters;

  2. The Institutional Act was enacted on the basis of the third paragraph of Article 64 of the Constitution and in the compliance with the rules of procedure determined by Article 46;

  3. In specifying that a matter that Article 34 classifies among those to be regulated by statute is to be governed by an institutional act, the constituent authority intended to strengthen the statutory guarantees enjoyed by judges in the judicial order; the Institutional Act on the status of the judiciary must accordingly itself determine the statutory rules applicable to judges, subject only to the possibility of leaving it for the authority empowered to make regulations to determine certain measures implementing the rules that it enacts;

  4. Moreover, in the exercise of its powers, the institutional legislature must comply with constitutional rules and principles; in particular, it must respect not only the principle of the independence of the judicial authority and the rule that judges may not be removed from office by virtue of Article 64 of the Constitution, but also the principle declared by Article 6 of the Declaration of Human and Civic Rights that all citizens, being equal in the eyes of the law, “shall be equally eligible to all high offices, public positions and employments, according to their ability, and without other distinction than that of their virtues and talents”; it follows from these provisions, with regard to the recruitment of judges, that account must be taken not only of candidates” abilities, virtues and talents but also that the only abilities, virtues and talents to be taken into account are those that are relevant to the judicial function and guarantee the equality of all citizens before the law; finally, magistrates must be treated equally in their career;

(...)

ON CHAPTER IV:

  1. Chapter IV entitled “provisions concerning the High Council of the Judiciary” consists of sections 33 to 35;

Regarding the organisation of elections to the High Council of the Judiciary:

  1. Section 33, which amends section 3 of the Institutional Act of 5 February 1994 concerning the High Council of the Judiciary, modifies the polling techniques for the election to the High Council of the Judiciary of representatives of judges not exercising the function of President of a court; it introduces proportional representation at the two stages of the election and lays down rules to secure equal rights for candidates of both sexes; section 34 makes section 33 applicable at the time of the next election to replace the High Council of the Judiciary;

  2. The fifth paragraph of Article 3 of the Constitution, as amended by Constitutional Act 99- 569 of 8 July 1999, provides that “Status shall promote equal access by women and men to electoral mandates and elective offices”, but it is clear both from the legislative history and from its position in that Article that this provision applies only to elections to political mandates and offices;

  3. The rules enacted to govern the drawing up of lists of candidates for election to high offices, public positions and employments other than those of a political nature may not, with respect to the principle of equal access stated by Article 6 of the Declaration of 1789, involve any distinction between candidates on the basis of their sex; consequently, the provisions of section 33 of the Institutional Act which introduce a distinction according to the sex in the composition of the lists of candidates for election to the High Council of the Judiciary, are unconstitutional;

  4. The other provisions of section 33 are severable from the foregoing provisions and do not call for criticism regarding their conformity to the Constitution;

(...)

Has decided as follows:

Article 1
The following are declared unconstitutional:

  • in the third paragraph of section 33(I) of the Institutional Act concerning the
    statute of the judiciary and the High Council of the Judiciary, the words “the name of a candidate of a given sex, which must be followed on this list by the name of a candidate of the other sex within the limits of the number of names appearing on it”;
  • in the fourth paragraph of section 33(II), words “both sexes must be represented”;
  • in the third paragraph of section 33(III), the words “among candidates of the same sex as the member whose position has fallen vacant”.

Article 2
Subject to the foregoing reservations as to interpretation, the other provisions of the Institutional Act under review are declared constitutional.

Article 3
This decision shall be published in the Journal officiel de la République française.

Deliberated by the Constitutional Council at its sitting of 19 June 2001, attended by Mr Yves GUÉNA, President, and Mr Michel AMELLER, Mr Jean-Claude COLLIARD, Mr Olivier DUTHEILLET de LAMOTHE, Mr Pierre JOXE, Mr Pierre MAZEAUD, Ms Monique PELLETIER, Ms Dominique SCHNAPPER and Ms Simone VEIL.

Les abstracts

  • 2. NORMES ORGANIQUES
  • 2.2. CHAMP D'APPLICATION DES LOIS ORGANIQUES
  • 2.2.2. Normes organiques et autres normes
  • 2.2.2.2. Répartition lois organiques / lois ordinaires
  • 2.2.2.2.1. Dispositions relevant du domaine de la loi organique

La disposition qui est relative à la convocation des membres des formations disciplinaires du Conseil supérieur de la magistrature et celle qui organise, en cas d'empêchement, la suppléance du premier président de la Cour de cassation et celle du procureur général près ladite cour, respectivement par le magistrat hors hiérarchie du siège ou du parquet de la Cour de cassation membre de la formation disciplinaire dont il s'agit, trouvent leur fondement dans le dernier alinéa de l'article 65 de la Constitution relatif au Conseil supérieur de la magistrature, aux termes duquel : " Une loi organique détermine les conditions d'application du présent article ".

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 60, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 2. NORMES ORGANIQUES
  • 2.2. CHAMP D'APPLICATION DES LOIS ORGANIQUES
  • 2.2.2. Normes organiques et autres normes
  • 2.2.2.2. Répartition lois organiques / lois ordinaires
  • 2.2.2.2.4. Dispositions du domaine de la loi ordinaire incluses dans une loi organique - Déclassement

En édictant des dispositions qui modifient le code de l'organisation judiciaire, le code de procédure pénale et la loi n° 95-125 du 8 février 1995 relative à l'organisation des juridictions et à la procédure civile, pénale et administrative, le législateur organique a fixé des règles relevant de la loi ordinaire.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 51, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 2. NORMES ORGANIQUES
  • 2.2. CHAMP D'APPLICATION DES LOIS ORGANIQUES
  • 2.2.2. Normes organiques et autres normes
  • 2.2.2.3. Répartition lois organiques / normes réglementaires

Les dispositions relatives à la prise en compte des années d'activité professionnelle antérieures pour le classement indiciaire des magistrats dans le grade de nomination relèvent du domaine réglementaire.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 16, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 2. NORMES ORGANIQUES
  • 2.3. FONDEMENTS CONSTITUTIONNELS DES LOIS ORGANIQUES
  • 2.3.17. Article 64 - Statut des magistrats

Loi organique relative au statut des magistrats et au Conseil supérieur de la magistrature.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 2. NORMES ORGANIQUES
  • 2.3. FONDEMENTS CONSTITUTIONNELS DES LOIS ORGANIQUES
  • 2.3.18. Article 65 - Conseil supérieur de la magistrature

Loi organique relative au statut des magistrats et au Conseil supérieur de la magistrature.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 55, 56, 57, 58, 59, 60, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 3. NORMES LÉGISLATIVES ET RÉGLEMENTAIRES
  • 3.7. RÉPARTITION DES COMPÉTENCES PAR MATIÈRES
  • 3.7.3. Droit pénal. Contraventions, crimes et délits, procédure pénale, amnistie, ordres de juridiction et statut des magistrats
  • 3.7.3.6. Statut des magistrats

Les dispositions relatives à la prise en compte des années d'activité professionnelle antérieures pour le classement indiciaire des magistrats dans le grade de nomination relèvent du domaine réglementaire.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 16, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 5. ÉGALITÉ
  • 5.1. ÉGALITÉ DEVANT LA LOI
  • 5.1.2. Discriminations interdites

Disposition qui, aménageant le mode de scrutin régissant l'élection au Conseil supérieur de la magistrature des représentants des magistrats qui n'exercent pas des fonctions de chef de juridiction, introduit la représentation proportionnelle aux deux degrés de l'élection et instaure des règles de parité entre les candidats de l'un et l'autre sexe. Si, aux termes des dispositions du cinquième alinéa de l'article 3 de la Constitution, dans leur rédaction issue de la loi constitutionnelle n° 99-569 du 8 juillet 1999 : "La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives", il résulte tant des travaux parlementaires ayant conduit à leur adoption que de leur insertion dans ledit article que ces dispositions ne s'appliquent qu'aux élections à des mandats et fonctions politiques. Les règles édictées pour l'établissement des listes de candidats à l'élection à des dignités, places et emplois publics autres que ceux ayant un caractère politique ne peuvent, au regard du principe d'égalité d'accès énoncé par l'article 6 de la Déclaration de 1789, comporter une distinction entre candidats en raison de leur sexe. Dès lors, les dispositions de l'article 33 de la loi organique qui introduisent une distinction selon le sexe dans la composition des listes de candidats aux élections au Conseil supérieur de la magistrature, sont contraires à la Constitution.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 56, 57, 58, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 5. ÉGALITÉ
  • 5.5. ÉGALITÉ DANS LES EMPLOIS PUBLICS
  • 5.5.2. Égale admissibilité aux emplois publics
  • 5.5.2.1. Accès à la magistrature

Les articles 10, 11 et 23 de la loi organique examinée créent, au bénéfice des magistrats recrutés par d'autres voies que celle du premier concours d'accès à l'École nationale de la magistrature, l'obligation de prendre en compte pour leur avancement les années d'activité professionnelle accomplies antérieurement à leur nomination. En ce qui concerne les magistrats relevant des catégories visées aux articles 10 et 23, la loi organique précise que ces années sont également prises en compte pour leur classement indiciaire dans leur grade. Le bénéfice de ces dispositions est étendu par les articles 10 et 11 aux magistrats qui ont été nommés dans les dix années précédant la date d'entrée en vigueur de la loi organique. L'article 10, qui définit les mesures applicables aux magistrats recrutés par la voie des deuxième et troisième concours d'accès à l'École nationale de la magistrature, ainsi qu'à ceux qui ont fait l'objet d'une nomination directe en qualité d'auditeur de justice en application de l'article 18-1 de l'ordonnance du 22 décembre 1958, et l'article 23, qui est relatif aux magistrats recrutés par concours au second et au premier grade de la hiérarchie judiciaire, renvoient à un décret en Conseil d'État le soin de déterminer les conditions d'application de ces mesures. En vertu de l'article 11, les années d'activité professionnelle antérieures accomplies par les magistrats nommés directement aux fonctions du second grade de la hiérarchie judiciaire en application de l'article 22 de l'ordonnance du 22 décembre 1958 sont prises en compte pour leur avancement dans la limite de deux années. Il appartiendra au pouvoir réglementaire, sous le contrôle du juge de la légalité, de fixer des modalités de prise en compte des activités professionnelles antérieurement exercées par les magistrats nommés en application des articles 10 et 23, de manière à ne pas rompre l'égalité de traitement avec les magistrats nommés en application de l'article 11, pour lesquels la loi organique fixe directement ces modalités. Sous cette réserve, les dispositions en cause ne sont pas contraires à la Constitution.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 12, 13, 14, 15, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 5. ÉGALITÉ
  • 5.5. ÉGALITÉ DANS LES EMPLOIS PUBLICS
  • 5.5.2. Égale admissibilité aux emplois publics
  • 5.5.2.2. Règles de recrutement dans les emplois publics
  • 5.5.2.2.4. Parité entre les sexes

Disposition qui, aménageant le mode de scrutin régissant l'élection au Conseil supérieur de la magistrature des représentants des magistrats qui n'exercent pas des fonctions de chef de juridiction, introduit la représentation proportionnelle aux deux degrés de l'élection et instaure des règles de parité entre les candidats de l'un et l'autre sexes. Si, aux termes des dispositions du cinquième alinéa de l'article 3 de la Constitution, dans leur rédaction issue de la loi constitutionnelle n° 99-569 du 8 juillet 1999 : "La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives", il résulte tant des travaux parlementaires ayant conduit à leur adoption que de leur insertion dans ledit article que ces dispositions ne s'appliquent qu'aux élections à des mandats et fonctions politiques. Les règles édictées pour l'établissement des listes de candidats à l'élection à des dignités, places et emplois publics autres que ceux ayant un caractère politique ne peuvent, au regard du principe d'égalité d'accès énoncé par l'article 6 de la Déclaration de 1789, comporter une distinction entre candidats en raison de leur sexe. Dès lors, les dispositions de l'article 33 de la loi organique qui introduisent une distinction selon le sexe dans la composition des listes de candidats aux élections au Conseil supérieur de la magistrature, sont contraires à la Constitution.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 56, 57, 58, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 6. FINANCES PUBLIQUES
  • 6.3. PÉRIMÈTRE DE LA LOI (voir également Titre 3 Normes législatives et réglementaires - Conditions de recours à la loi)
  • 6.3.2. Périmètre des lois
  • 6.3.2.1. Domaine exclusif, domaine partagé
  • 6.3.2.1.1. Loi de finances

Les articles 3 à 6 d'une loi organique modifiant le statut des magistrats prévoyaient que les magistrats appelés à exercer des fonctions de juge spécialisé ou de chef de juridiction sont nommés, le cas échéant, " en surnombre de l'effectif organique " de la juridiction à laquelle ils sont rattachés et que le surnombre devrait être " résorbé à la première vacance utile " dans la juridiction concernée. Le surnombre constitue un mécanisme d'ajustement provisoire destiné à sauvegarder une garantie statutaire. Si, aux termes du cinquième alinéa de l'article 1er de l'ordonnance du 2 janvier 1959 portant loi organique relative aux lois de finances : " Les créations et transformations d'emplois ne peuvent résulter que de dispositions prévues par une loi de finances. " les dispositions relatives au surnombre n'entreront en vigueur, en vertu de l'article 13 de la loi organique, qu'à compter du 1er janvier 2002. Il appartiendra aux lois de finances de créer en tant que de besoin les emplois nécessaires pour en permettre la mise en œuvre. Sous cette réserve, la nomination de magistrats en surnombre prévue par la loi organique ne méconnaît pas les prescriptions de l'article 1er de l'ordonnance du 2 janvier 1959.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 33, 34, 35, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 10. PARLEMENT
  • 10.3. FONCTION LEGISLATIVE
  • 10.3.5. Droit d'amendement
  • 10.3.5.2. Recevabilité
  • 10.3.5.2.5. Recevabilité en première lecture

Inflexion implicite mais substantielle de la jurisprudence dite " amendement Séguin ". Il résulte des dispositions combinées des articles 39, 44 et 45 de la Constitution que le droit d'amendement peut, sous réserve des limitations posées aux troisième et quatrième alinéas de l'article 45, s'exercer à chaque stade de la procédure législative. Toutefois, les adjonctions ou modifications ainsi apportées au texte en cours de discussion ne sauraient, sans méconnaître les exigences qui découlent des premiers alinéas des articles 39 et 44 de la Constitution, être dépourvues de tout lien avec l'objet du projet ou de la proposition soumis au vote du Parlement.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 48, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 10. PARLEMENT
  • 10.3. FONCTION LEGISLATIVE
  • 10.3.5. Droit d'amendement
  • 10.3.5.2. Recevabilité
  • 10.3.5.2.5. Recevabilité en première lecture
  • 10.3.5.2.5.1. Existence d'un lien direct avec le texte en discussion (avant la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008)

Les dispositions des articles 26, 27 et 29 du projet de loi organique modifiant les règles applicables à la carrière des magistrats sont issues d'amendements parlementaires adoptés lors de la première lecture. L'article 26 a pour objet d'organiser, dans les cas qu'il fixe, une procédure permettant aux juridictions pénales de solliciter l'avis de la Cour de cassation à l'occasion d'affaires soulevant une question de droit nouvelle. L'article 27 étend la compétence des formations restreintes des chambres civiles et de la chambre criminelle de la Cour de cassation chargées par l'article L. 131-6 du code de l'organisation judiciaire de rejeter les pourvois lorsque la solution s'impose et ne justifie pas un examen par les formations ordinaires de la Cour. L'article 29 permet le recrutement d'assistants de justice à la Cour de cassation. Les dispositions en cause, qui ont pour but d'améliorer le fonctionnement de la Cour de cassation, ne sont pas dépourvues de tout lien avec un projet qui, dès son dépôt sur le bureau du Sénat, comportait des dispositions statutaires propres à la Cour de cassation. Il suit de là que les articles 26, 27 et 29 ont été adoptés selon une procédure conforme à la Constitution.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 47, 48, 49, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 12. JURIDICTIONS ET AUTORITÉ JUDICIAIRE
  • 12.1. JURIDICTIONS ET SÉPARATION DES POUVOIRS
  • 12.1.2. Indépendance de la justice et des juridictions
  • 12.1.2.1. Principe
  • 12.1.2.1.1. Juridiction judiciaire

Dans l'exercice de sa compétence, le législateur organique doit se conformer aux règles et principes de valeur constitutionnelle. En particulier, doivent être respectés non seulement le principe de l'indépendance de l'autorité judiciaire et la règle de l'inamovibilité des magistrats du siège, comme l'exige l'article 64 de la Constitution, mais également le principe proclamé par l'article 6 de la Déclaration de 1789, selon lequel tous les citoyens étant égaux aux yeux de la loi, ils "sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leur vertus et de leurs talents".Il résulte de ces dispositions, s'agissant du recrutement des magistrats, en premier lieu, qu'il ne doit être tenu compte que des capacités, des vertus et des talents ; en deuxième lieu, que les capacités, vertus et talents ainsi pris en compte doivent être en relation avec les fonctions de magistrats et garantir l'égalité des citoyens devant la justice ; enfin, que les magistrats doivent être traités de façon égale dans le déroulement de leur carrière.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 4, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)

Sur un article de la loi organique qui modifie les dispositions de l'article 1er et de l'article 3-1 de l'ordonnance du 22 décembre 1958 relatives aux magistrats ayant qualité pour exercer les fonctions du grade auquel ils appartiennent dans le ressort de la cour d'appel à laquelle ils sont rattachés, qui a pour objet d'autoriser le recrutement de ces magistrats au premier grade de la hiérarchie judiciaire et leur affectation temporaire à la cour d'appel à laquelle ils sont rattachés, et de porter de quatre à huit mois la durée maximale et non renouvelable pour laquelle les intéressés peuvent être temporairement affectés dans une juridiction pour y occuper un emploi vacant ou pour en renforcer l'effectif afin d'assurer le traitement du contentieux dans un délai raisonnable. S'agissant en particulier des magistrats du siège, cette disposition ne remet pas en cause les garanties prévues par l'article 3-1 de l'ordonnance du 22 décembre 1958 de nature à satisfaire aux principes d'égalité et d'indépendance de l'autorité judiciaire.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 52, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 12. JURIDICTIONS ET AUTORITÉ JUDICIAIRE
  • 12.2. STATUTS DES JUGES ET DES MAGISTRATS
  • 12.2.1. Principes constitutionnels relatifs aux statuts
  • 12.2.1.2. Exigences de capacité et d'impartialité (article 6 de la Déclaration de 1789)

Il incombe au législateur organique, dans l'exercice de sa compétence relative au statut des magistrats, de se conformer aux règles et principes de valeur constitutionnelle. En particulier, doivent être respectés non seulement le principe de l'indépendance de l'autorité judiciaire et la règle de l'inamovibilité des magistrats du siège, comme l'exige l'article 64 de la Constitution, mais également le principe de l'égal accès des citoyens aux places et emplois publics, proclamé par l'article 6 de la Déclaration de 1789, selon lequel tous les citoyens étant égaux aux yeux de la loi, ils " sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leur vertus et de leurs talent ". Il découle de ces dispositions, s'agissant du recrutement des magistrats, en premier lieu, qu'il ne soit tenu compte que des capacités, des vertus et des talents ; en deuxième lieu, que les capacités, vertus et talents ainsi pris en compte soient en relation avec les fonctions de magistrats et garantissent l'égalité des citoyens devant la justice ; enfin, que les magistrats soient traités de façon égale dans le déroulement de leur carrière.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 4, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)

À propos des dispositions d'une loi organique venant pérenniser les concours exceptionnels en ouvrant deux nouvelles voies de concours pour le recrutement de magistrats du second et du premier grade de la hiérarchie judiciaire. En vertu de cette loi, le nombre total des postes offerts à chacun de ces concours ne peut excéder chaque année une proportion, déterminée par la loi organique, du nombre total des recrutements intervenus au même grade au cours de l'année précédente. Cette proportion est fixée à un cinquième pour les concours ouverts pour le recrutement au second grade et à un dixième pour ceux ouverts pour le recrutement au premier grade. Les candidats aux fonctions du second grade, âgés de trente-cinq ans au moins au 1er janvier de l'année d'ouverture du concours, et les candidats aux fonctions du premier grade, âgés de cinquante ans au moins à la même date, doivent remplir les conditions fixées par l'article 16 de l'ordonnance du 22 décembre 1958 et justifier respectivement de dix et de quinze années " d'activité professionnelle dans le domaine juridique, administratif, économique ou social les qualifiant particulièrement pour exercer des fonctions judiciaires". Une formation à l'École nationale de la magistrature est délivrée aux candidats admis à l'issue des deux concours. La période de formation comprend notamment des stages en juridiction, accomplis dans les conditions fixées à l'article 19 et au premier alinéa de l'article 20 de l'ordonnance du 22 décembre 1958, après que les intéressés auront prêté serment devant la cour d'appel. À l'issue de la période de formation, ils sont nommés aux emplois pour lesquels ils ont été recrutés dans les formes prévues à l'article 28 de l'ordonnance du 22 décembre 1958 précitée. Aucune règle ni aucun principe de valeur constitutionnelle ne s'oppose à la création, par le législateur organique, de nouveaux modes de recrutement des magistrats de l'ordre judiciaire. Toutefois, les règles qu'il fixe à cet effet doivent, notamment en posant des exigences précises quant à la capacité des intéressés conformes aux conditions découlant de l'article 6 de la Déclaration de 1789, contribuer à assurer le respect tant du principe d'égalité devant la justice que de l'indépendance, dans l'exercice de leurs fonctions, des magistrats ainsi recrutés. En l'espèce, dans la mesure où ni les diplômes obtenus par les candidats ni l'exercice professionnel antérieur des intéressés ne font présumer, dans tous les cas, la qualification juridique nécessaire à l'exercice des fonctions de magistrat de l'ordre judiciaire, les mesures réglementaires d'application de la loi devront prévoir des épreuves de concours de nature à permettre de vérifier les connaissances juridiques des intéressés. Par ailleurs, les magistrats ainsi recrutés au premier grade seront susceptibles d'exercer les fonctions de conseiller de cour d'appel. S'agissant de personnes n'ayant jamais exercé de fonctions juridictionnelles au premier degré de juridiction, le pouvoir réglementaire devra veiller à ce que soient strictement appréciées, outre la compétence juridique des intéressés, leur aptitude à juger, afin de garantir, au second et dernier degré de juridiction, la qualité des décisions rendues, l'égalité devant la justice et le bon fonctionnement du service public de la justice. Enfin, le pouvoir pour le jury de ne pas pourvoir tous les postes offerts au concours devra être expressément prévu. Sous ces réserves, les dispositions de la loi organique sont conformes aux règles et principes de valeur constitutionnelle et en particulier satisfont à l'exigence de capacité formulée à l'article 6 de la Déclaration de 1789.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 12. JURIDICTIONS ET AUTORITÉ JUDICIAIRE
  • 12.2. STATUTS DES JUGES ET DES MAGISTRATS
  • 12.2.1. Principes constitutionnels relatifs aux statuts
  • 12.2.1.3. Principes propres à l'autorité judiciaire
  • 12.2.1.3.2. Compétence de la loi organique

En spécifiant que ressortit au domaine d'intervention d'une loi ayant le caractère de loi organique une matière que l'article 34 range par ailleurs au nombre de celles relevant de la compétence du législateur, le constituant a entendu accroître les garanties d'ordre statutaire accordées aux magistrats de l'ordre judiciaire. La loi organique portant statut des magistrats doit par suite déterminer elle-même les règles statutaires applicables aux magistrats, sous la seule réserve de la faculté de renvoyer au pouvoir réglementaire la fixation de certaines mesures d'application des règles qu'elle a posées.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 3, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)

À propos d'une loi organique laissant à un décret en Conseil d'État le soin de fixer, "en fonction de l'importance de l'activité juridictionnelle, des effectifs de magistrats et de fonctionnaires des services judiciaires et de la population du ressort, la liste des emplois de président et de premier vice-président de tribunal de grande instance, ainsi que des emplois de procureur de la République et de procureur de la République adjoint, qui sont placés hors hiérarchie". Eu égard aux critères qu'il a fixés pour la désignation des tribunaux concernés, le législateur organique n'a pas méconnu l'étendue de sa compétence.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 10, 11, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)

La disposition qui est relative à la convocation des membres des formations disciplinaires du Conseil supérieur de la magistrature et celle qui organise, en cas d'empêchement, la suppléance du premier président de la Cour de cassation et celle du procureur général près ladite cour, respectivement par le magistrat hors hiérarchie du siège ou du parquet de la Cour de cassation membre de la formation disciplinaire dont il s'agit, trouvent leur fondement dans le dernier alinéa de l'article 65 de la Constitution relatif au Conseil supérieur de la magistrature, aux termes duquel "Une loi organique détermine les conditions d'application du présent article".

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 60, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 12. JURIDICTIONS ET AUTORITÉ JUDICIAIRE
  • 12.2. STATUTS DES JUGES ET DES MAGISTRATS
  • 12.2.1. Principes constitutionnels relatifs aux statuts
  • 12.2.1.3. Principes propres à l'autorité judiciaire
  • 12.2.1.3.4. Inamovibilité des magistrats du siège

Aux termes de l'article 64 de la Constitution : "Les magistrats du siège sont inamovibles". Le deuxième alinéa de l'article 4 de l'ordonnance du 22 décembre 1958 fait du principe ainsi posé une application nécessaire en précisant que : "En conséquence, le magistrat du siège ne peut recevoir, sans son consentement, une affectation nouvelle, même en avancement". Si le législateur organique peut organiser la mobilité des magistrats en limitant la durée d'exercice de certaines fonctions judiciaires, il doit déterminer les garanties de nature à concilier les conséquences qui en résultent avec le principe de l'inamovibilité des magistrats du siège. Par les dispositions des articles 3,4,5 et 6 de la loi organique examinée le législateur organique a entendu limiter à sept ans la durée d'exercice par un magistrat des fonctions, au siège comme au parquet, de chef d'une même juridiction du premier ou du second degré, et à dix ans celle des fonctions de juge spécialisé au sein d'un même tribunal de grande instance ou de première instance. S'ils n'occupent pas déjà un tel emploi au moment de leur désignation en qualité de chef de juridiction ou de juge spécialisé, les magistrats du siège sont nommés à un emploi du grade auquel ils appartiennent, au sein, selon le cas, de la Cour de cassation, de la juridiction d'appel ou de la juridiction de première instance dans le ressort de laquelle ils sont appelés à exercer leurs nouvelles fonctions. À l'expiration du délai fixé par la loi organique et à défaut d'une nouvelle affectation, intervenue entre temps, ayant reçu l'accord de l'intéressé et de nature à lui assurer un déroulement normal de carrière, le magistrat, après avoir été déchargé de sa fonction par décret du Président de la République, exerce au sein de sa juridiction de rattachement les fonctions de magistrat du siège auxquelles il avait été initialement nommé. Cette réintégration est réalisée à grade équivalent. En vertu de l'article 13, ces nouvelles obligations de mobilité et les conséquences qui s'y attachent ne s'appliquent qu'aux nominations intervenues après le 1er janvier 2002. Enfin, ces dispositions de portée générale s'appliqueront à tous les titulaires des fonctions en cause. En les acceptant, les magistrats, pleinement informés de la limitation dans le temps de ces fonctions, auront consenti aux modalités d'affectation prévues par la loi organique à l'expiration des délais fixés par celle-ci. Eu égard aux garanties ainsi prévues, la limitation de la durée des fonctions édictée par les articles 3 à 6 de la loi organique ne porte pas atteinte au principe de l'inamovibilité des magistrats du siège.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 12. JURIDICTIONS ET AUTORITÉ JUDICIAIRE
  • 12.2. STATUTS DES JUGES ET DES MAGISTRATS
  • 12.2.2. Accès aux fonctions judiciaires
  • 12.2.2.2. Recrutement par concours

À propos des dispositions d'une loi organique venant pérenniser les concours exceptionnels en ouvrant deux nouvelles voies de concours pour le recrutement de magistrats du second et du premier grade de la hiérarchie judiciaire. En vertu de cette loi, le nombre total des postes offerts à chacun de ces concours ne peut excéder chaque année une proportion, déterminée par la loi organique, du nombre total des recrutements intervenus au même grade au cours de l'année précédente. Cette proportion est fixée à un cinquième pour les concours ouverts pour le recrutement au second grade et à un dixième pour ceux ouverts pour le recrutement au premier grade. Les candidats aux fonctions du second grade, âgés de trente-cinq ans au moins au 1er janvier de l'année d'ouverture du concours, et les candidats aux fonctions du premier grade, âgés de cinquante ans au moins à la même date, doivent remplir les conditions fixées par l'article 16 de l'ordonnance du 22 décembre 1958 et justifier respectivement de dix et de quinze années "d'activité professionnelle dans le domaine juridique, administratif, économique ou social les qualifiant particulièrement pour exercer des fonctions judiciaires". Une formation à l'École nationale de la magistrature est délivrée aux candidats admis à l'issue des deux concours. La période de formation comprend notamment des stages en juridiction, accomplis dans les conditions fixées à l'article 19 et au premier alinéa de l'article 20 de l'ordonnance du 22 décembre 1958, après que les intéressés auront prêté serment devant la cour d'appel. À l'issue de la période de formation, ils sont nommés aux emplois pour lesquels ils ont été recrutés dans les formes prévues à l'article 28 de l'ordonnance du 22 décembre 1958 précitée.
Aucune règle ni aucun principe de valeur constitutionnelle ne s'oppose à la création, par le législateur organique, de nouveaux modes de recrutement des magistrats de l'ordre judiciaire. Toutefois, les règles qu'il fixe à cet effet doivent, notamment en posant des exigences précises quant à la capacité des intéressés conformes aux conditions découlant de l'article 6 de la Déclaration de 1789, contribuer à assurer le respect tant du principe d'égalité devant la justice que de l'indépendance, dans l'exercice de leurs fonctions, des magistrats ainsi recrutés. En l'espèce, dans la mesure où ni les diplômes obtenus par les candidats ni l'exercice professionnel antérieur des intéressés ne font présumer, dans tous les cas, la qualification juridique nécessaire à l'exercice des fonctions de magistrat de l'ordre judiciaire, les mesures réglementaires d'application de la loi devront prévoir des épreuves de concours de nature à permettre de vérifier les connaissances juridiques des intéressés. Par ailleurs, les magistrats ainsi recrutés au premier grade seront susceptibles d'exercer les fonctions de conseiller de cour d'appel. S'agissant de personnes n'ayant jamais exercé de fonctions juridictionnelles au premier degré de juridiction, le pouvoir réglementaire devra veiller à ce que soient strictement appréciées, outre la compétence juridique des intéressés, leur aptitude à juger, afin de garantir, au second et dernier degré de juridiction, la qualité des décisions rendues, l'égalité devant la justice et le bon fonctionnement du service public de la justice. Enfin, le pouvoir pour le jury de ne pas pourvoir tous les postes offerts au concours devra être expressément prévu. Sous ces réserves, les dispositions susdécrites de la loi organique sont conformes aux règles et principes de valeur constitutionnelle et en particulier satisfont à l'exigence de capacité formulée à l'article 6 de la Déclaration de 1789.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 12. JURIDICTIONS ET AUTORITÉ JUDICIAIRE
  • 12.2. STATUTS DES JUGES ET DES MAGISTRATS
  • 12.2.2. Accès aux fonctions judiciaires
  • 12.2.2.5. Recrutement à titre temporaire et nomination directe

Ne remettent pas en cause le caractère exceptionnel de l'exercice de fonctions judiciaires par des personnes n'ayant pas consacré leur vie professionnelle à la carrière judiciaire les dispositions de la loi organique qui portent du vingtième au dixième de l'effectif des magistrats hors hiérarchie du siège ou du parquet de la Cour de cassation, la proportion maximale de conseillers et d'avocats généraux en service extraordinaire, compte tenu des restrictions maintenues dans le texte de l'ordonnance organique du 22 décembre 1958 quant aux conditions de nomination et à la durée des fonctions des intéressés.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 46, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 12. JURIDICTIONS ET AUTORITÉ JUDICIAIRE
  • 12.2. STATUTS DES JUGES ET DES MAGISTRATS
  • 12.2.3. Déroulement de la carrière
  • 12.2.3.2. Avancement
  • 12.2.3.2.1. Hiérarchie judiciaire

À propos d'une loi organique ajoutant à la liste des emplois de magistrats dits hors hiérarchie fixée par l'article 3 de l'ordonnance du 22 décembre 1958, les emplois de président de chambre des cours d'appel et ceux d'avocat général près lesdites cours. Il est loisible au législateur organique de modifier une telle énumération qui ne contrevient à aucune disposition constitutionnelle.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 8, 9, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 12. JURIDICTIONS ET AUTORITÉ JUDICIAIRE
  • 12.2. STATUTS DES JUGES ET DES MAGISTRATS
  • 12.2.3. Déroulement de la carrière
  • 12.2.3.2. Avancement
  • 12.2.3.2.2. Ancienneté

Relève de la compétence du législateur organique la détermination des composantes de la hiérarchie du corps judiciaire. N'appellent pas de remarque quant à leur conformité à la Constitution les dispositions d'une loi organique ayant pour effet de supprimer les deux groupes existant au sein du premier grade du corps judiciaire, celles qui font disparaître les références faites par l'ordonnance du 22 décembre 1958 à ces groupes et celles qui, abrogeant les dispositions particulières applicables à ceux-ci, se bornent à tirer les conséquences de cette suppression.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 6, 7, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)

Les articles 10, 11, et 23 de la loi organique examinée créent, au bénéfice des magistrats recrutés par d'autres voies que celle du premier concours d'accès à l'École nationale de la magistrature, l'obligation de prendre en compte pour leur avancement les années d'activité professionnelle accomplies antérieurement à leur nomination. En ce qui concerne les magistrats relevant des catégories visées aux articles 10 et 23, la loi organique précise que ces années sont également prises en compte pour leur classement indiciaire dans leur grade. Le bénéfice de ces dispositions est étendu par les articles 10 et 11 aux magistrats qui ont été nommés dans les dix années précédant la date d'entrée en vigueur de la loi organique. L'article 10, qui définit les mesures applicables aux magistrats recrutés par la voie des deuxième et troisième concours d'accès à l'École nationale de la magistrature, ainsi qu'à ceux qui ont fait l'objet d'une nomination directe en qualité d'auditeur de justice en application de l'article 18-1 de l'ordonnance du 22 décembre 1958, et l'article 23, qui est relatif aux magistrats recrutés par concours au second et au premier grades de la hiérarchie judiciaire, renvoient à un décret en Conseil d'État le soin de déterminer les conditions d'application de ces mesures. En vertu de l'article 11, les années d'activité professionnelle antérieures accomplies par les magistrats nommés directement aux fonctions du second grade de la hiérarchie judiciaire en application de l'article 22 de l'ordonnance du 22 décembre 1958 susvisée sont prises en compte pour leur avancement dans la limite de deux années. Il appartiendra au pouvoir réglementaire, sous le contrôle du juge de la légalité, de fixer des modalités de prise en compte des activités professionnelles antérieurement exercées par les magistrats nommés en application des articles 10 et 23, de manière à ne pas rompre l'égalité de traitement avec les magistrats nommés en application de l'article 11, pour lesquels la loi organique fixe directement ces modalités. Sous cette réserve, les dispositions en cause ne sont pas contraires à la Constitution.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 12, 13, 14, 15, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)

À propos de dispositions selon lesquelles :

Nul magistrat ne peut être promu au premier grade dans la juridiction où il est affecté depuis plus de cinq années, à l'exception de la Cour de cassation ;
-Nul magistrat ne peut être nommé dans un emploi correspondant aux fonctions de président de tribunal de grande instance ou de tribunal de première instance et à celles de procureur de la République dans la juridiction où il est affecté, à l'exception des cas où l'emploi occupé par le magistrat qui exerce l'une de ces fonctions est élevé au niveau hiérarchique supérieur ;
Nul magistrat ne peut être nommé à un emploi hors hiérarchie s'il n'a exercé deux fonctions au premier grade et, lorsque ces fonctions présentaient un caractère juridictionnel, s'il ne les a exercées dans deux juridictions différentes ;
-Nul magistrat ne peut accéder à un emploi hors hiérarchie à la Cour de cassation s'il n'est ou n'a été magistrat hors hiérarchie ou si, après avoir exercé les fonctions de conseiller référendaire à la Cour de cassation, il n'occupe un autre emploi du premier grade.
Toutes ces dispositions subordonnent l'avancement des magistrats ou leur accès à des fonctions de chef de juridiction à des conditions de mobilité géographique ou fonctionnelle définies par le législateur organique, lesquelles n'ont pour effet de porter atteinte ni au principe de l'inamovibilité des magistrats du siège ni à aucun autre principe ou exigence de valeur constitutionnelle. Les régimes dérogatoires organisés par les articles 1er et 7, en ce qui concerne les magistrats des second et premier grade à la Cour de cassation, trouvent leur justification dans la spécificité des fonctions exercées par les intéressés. Ils ne portent pas atteinte au principe d'égalité de traitement des magistrats dans le déroulement de leur carrière.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 20, 21, 22, 23, 24, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 12. JURIDICTIONS ET AUTORITÉ JUDICIAIRE
  • 12.2. STATUTS DES JUGES ET DES MAGISTRATS
  • 12.2.3. Déroulement de la carrière
  • 12.2.3.4. Incompatibilités
  • 12.2.3.4.3. Autres incompatibilités

À propos de dispositions de la loi organique ayant pour objet, sous réserve des cas prévus par les dispositions législatives en vigueur, d'exclure l'arbitrage des fonctions ou activités pour l'exercice desquelles une autorisation pouvait être antérieurement accordée aux magistrats en fonctions. Il est loisible au législateur organique, eu égard à la nature des fonctions de magistrat de l'ordre judiciaire et à la situation des juridictions, de limiter les possibilités de dérogation au principe du caractère exclusif de ces fonctions posé par le premier alinéa de l'article 8 de l'ordonnance du 22 décembre 1958.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 17, 18, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 12. JURIDICTIONS ET AUTORITÉ JUDICIAIRE
  • 12.2. STATUTS DES JUGES ET DES MAGISTRATS
  • 12.2.3. Déroulement de la carrière
  • 12.2.3.5. Positions administratives
  • 12.2.3.5.4. Applicabilité des dispositions du statut général des fonctionnaires

Le droit des magistrats à voir tenir compte de leur situation de famille pour leurs nominations demeurant préservé, "dans toute la mesure compatible avec le bon fonctionnement du service et les particularités de l'organisation judiciaire", par le premier alinéa de l'article 29 de l'ordonnance du 22 décembre 1958, n'appelle pas de critique quant à sa conformité à la Constitution la disposition d'une loi organique qui écarte l'application aux magistrats des dispositions de la loi du 30 décembre 1921 rapprochant les fonctionnaires dont le conjoint est établi dans un autre département.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 19, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 12. JURIDICTIONS ET AUTORITÉ JUDICIAIRE
  • 12.2. STATUTS DES JUGES ET DES MAGISTRATS
  • 12.2.3. Déroulement de la carrière
  • 12.2.3.5. Positions administratives
  • 12.2.3.5.5. Magistrats placés hors hiérarchie

À propos d'une loi organique ajoutant à la liste des emplois de magistrats dits hors hiérarchie fixée par l'article 3 de l'ordonnance du 22 décembre 1958, les emplois de président de chambre des cours d'appel et ceux d'avocat général près lesdites cours. Il est loisible au législateur organique de modifier une telle énumération qui ne contrevient à aucune disposition constitutionnelle.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 8, 9, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)

À propos d'une loi organique laissant à un décret en Conseil d'État le soin de fixer, "en fonction de l'importance de l'activité juridictionnelle, des effectifs de magistrats et de fonctionnaires des services judiciaires et de la population du ressort, la liste des emplois de président et de premier vice-président de tribunal de grande instance, ainsi que des emplois de procureur de la République et de procureur de la République adjoint, qui sont placés hors hiérarchie". Eu égard aux critères qu'il a fixés pour la désignation des tribunaux concernés, le législateur organique n'a pas méconnu l'étendue de sa compétence.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 10, 11, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 12. JURIDICTIONS ET AUTORITÉ JUDICIAIRE
  • 12.4. CONSEIL SUPÉRIEUR DE LA MAGISTRATURE
  • 12.4.2. Composition
  • 12.4.2.3. Inapplication du principe de parité des sexes

À propos d'une disposition qui, aménageant le mode de scrutin régissant l'élection au Conseil supérieur de la magistrature des représentants des magistrats qui n'exercent pas des fonctions de chef de juridiction, introduit la représentation proportionnelle aux deux degrés de l'élection et instaure des règles de parité entre les candidats de l'un et l'autre sexe. Si, aux termes des dispositions du cinquième alinéa de l'article 3 de la Constitution, dans leur rédaction issue de la loi constitutionnelle n° 99-569 du 8 juillet 1999 : "La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives", il résulte tant des travaux parlementaires ayant conduit à leur adoption que de leur insertion dans ledit article que ces dispositions ne s'appliquent qu'aux élections à des mandats et fonctions politiques. Les règles édictées pour l'établissement des listes de candidats à l'élection à des dignités, places et emplois publics autres que ceux ayant un caractère politique ne peuvent, au regard du principe d'égalité d'accès énoncé par l'article 6 de la Déclaration de 1789, comporter une distinction entre candidats en raison de leur sexe. Dès lors, les dispositions de l'article 33 de la loi organique, qui introduisent une distinction selon le sexe dans la composition des listes de candidats aux élections au Conseil supérieur de la magistrature, sont contraires à la Constitution.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 55, 56, 57, 58, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
  • 12. JURIDICTIONS ET AUTORITÉ JUDICIAIRE
  • 12.4. CONSEIL SUPÉRIEUR DE LA MAGISTRATURE
  • 12.4.4. Discipline des magistrats

Ne sont pas contraires à la Constitution les dispositions de la loi organique qui créent la sanction disciplinaire d'exclusion temporaire de fonctions pour une durée maximum d'un an, avec privation totale ou partielle du traitement, celles qui confèrent respectivement aux premiers présidents des cours d'appel et aux présidents des tribunaux supérieurs d'appel le pouvoir de saisir la formation disciplinaire du Conseil supérieur de la magistrature compétente à l'égard des magistrats du siège, et aux procureurs généraux près ces cours et aux procureurs de la République près ces tribunaux celui de saisir la formation compétente à l'égard des magistrats du parquet, celle qui organise la suppléance du directeur des services judiciaires aux audiences du conseil de discipline des magistrats du siège, celles qui organisent la publicité des audiences de chacune des formations disciplinaires compétentes, sauf lorsque s'y opposent "la protection de l'ordre public ou de la vie privée" ou "des circonstances spéciales de nature à porter atteinte aux intérêts de la justice", enfin celle qui, modifiant l'article 38 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, se borne à tirer les conséquences de la publicité ainsi instituée.

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 37, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)

La disposition qui est relative à la convocation des membres des formations disciplinaires du Conseil supérieur de la magistrature et celle qui organise, en cas d'empêchement, la suppléance du premier président de la Cour de cassation et celle du procureur général près ladite cour, respectivement par le magistrat hors hiérarchie du siège ou du parquet de la Cour de cassation membre de la formation disciplinaire dont il s'agit, trouvent leur fondement dans le dernier alinéa de l'article 65 de la Constitution relatif au Conseil supérieur de la magistrature, aux termes duquel "Une loi organique détermine les conditions d'application du présent article".

(2001-445 DC, 19 June 2001, cons. 60, Journal officiel du 26 juin 2001, page 10125)
À voir aussi sur le site : Communiqué de presse, Commentaire, Dossier documentaire, Texte adopté, Ordonnance 58-1270 consolidée, Ordonnance 94-100 consolidée, Dossier complet sur le site de l'Assemblée Nationale, Dossier complet sur le site du Sénat, Références doctrinales.